وكالة صحفي للأنباء


الصفحة الرئيسية | اتصل بنا | بحـث صحفي | بحث جوجل | ياهو | آليكسا | خدمة الترجمة
خبر في الصحافة

وكالة صحفي للأنباء
الخارطة السياسية : اترارزة 3

مقال خمس نجوم
موريتانيا تتراجع عن التعريب وتعيد للفرنسية سطوتها..
 
 

دليل المواقع


- قرآننا

- المصحف الشريف

- مخطوطات

- مسابقات

- مدونة التاسفرة


- موريتانيا الآن

- الأخبار

- الصحراء نت

- الساحة

- صحراء ميديا

- أقلام حرة

- cridem

- وما

- الطوارئ

- آتلانتيك ميديا

- السراج

- فرصة

- Beta conseils

- ميادين

- الحرية

- تقدمي

- شبكة إينشيري

- صحفي

- أنباء

- الدلفين برس

- الوطن

- الرائد

- الحصاد

- المحيط نت


  • CNN عربية
  • رويترز
  • الجزيرة نت
  • فرانس 24
  • كووورة

  • Google
  • Yahoo
  • Alexa
  • خدمة الترجمة

  •  
     
     
     
     

    Gambie : Yahya Jammeh affirme qu’il n’abandonnera pas le pouvoir, l’opposition assure qu’elle ne le poursuivra pas après son départ

    الأربعاء 21 كانون الأول (ديسمبر) 2016 إضافة: (محمد ولد الشيباني)

    Le président sortant Yahya Jammeh, qui conteste les résultats de l’élection présidentielle du 1er décembre, a déclaré mardi soir à la télévision publique qu’il ne quitterait pas le pouvoir. Plus tôt, le porte-parole de l’opposition avait affirmé que le chef de l’État, qui a dirigé la Gambie pendant 22 ans, ne serait pas menacé de poursuites par le pouvoir d’Adama Barrow, vainqueur déclaré du scrutin.
    « Je ne partirai pas tant que la justice n’aura pas tranché, la Cedeao essaie de me pousser dehors, cela n’arrivera pas. Tant que la Cour n’aura pas rendu sa décision sur cette affaire, il n’y aura pas d’investiture le 19 janvier » a déclaré Yahya Jammeh, cité par l’AFP, mardi 20 décembre, à la télévision publique.

    Nous verrons ce que la Cedeao et les grandes puissances derrière elle pourront faire. Je ne serai intimidé par aucune puissance dans ce monde. Je veux m’assurer que justice soit rendue, a-t-il encore dit, estimant que la seule manière pour ce faire est d’organiser de nouveau une élection, afin que chaque Gambien vote, a-t-il ajouté en référence à la visite la semaine dernière des chefs d’État de la délégation de la Cedeao
    Le jour-même de leur visite, le parti de Yahya Jammeh avait déposé un recours devant la Cour suprême pour contester les résultats du scrutin du 1er décembre et les forces de sécurité bloquaient l’accès aux locaux de la Commission électorale indépendante (CEI) qui avait déclaré Adama Barrow vainqueur, avec plus de 19 000 voix d’avance.
    L’opposition ménage Yahya Jammeh
    Plus tôt mardi, le porte-parole de l’opposition, Halifa Sallah a déclaré à l’AFP qu’ « il n’y a aucune indication de menace ou de nécessité de menace (de poursuites) contre le président sortant Yahya Jammeh », ménageant ainsi le pouvoir encore en place. « La coalition et le président élu Adama Barrow n’ont jamais rien indiqué qui puisse être considéré comme une menace contre le président sortant », a -il souligné.

    Le porte-parole de l’opposition a ainsi répondu à la Communauté des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) qui voulait que la coalition clarifie sa position « afin que les négociations pour un transfert pacifique du pouvoir puissent se poursuivre », dans le cadre de la médiation conduite par l’organisation régionale pour tenter de résoudre la crise post-électorale en Gambie.

    « Chaque Gambien, y compris Yahya Jammeh, a droit à la liberté de mouvement, y compris celle de se déplacer n’importe où en Gambie et celle de quitter le pays », a encore affirmé Halifa Sallah, ajoutant même : « le président Barrow a dit qu’il allait traiter le président sortant Yahya Jammeh comme un ancien chef d’État et le solliciterait pour des conseils » après son départ du pouvoir.

    « Il y a eu certainement des crimes » en Gambie, avait indiqué le porte-parole de l’opposition sur France 24, mais « si nous ne privilégions pas une solution négociée, évidemment le coût à payer pourrait être beaucoup plus important », avait-il prévenu.

    « Privilégier une solution négociée »

    Selon Halifa Sall, deux responsables de l’opposition, Mai Fatty et Amath Ba étaient encore présents mardi à Abuja pour participer aux négociations sous l’égide de la Cedeao, et ont réitéré les assurances d’Adama Barrow à l’organisation régionale.

    Outre la Cedeao, d’autres pays et institutions, dont l’ONU, réclament un transfert pacifique du pouvoir en Gambie, comme la France mardi par la voix de son président François Hollande. Les résultats de la présidentielle gambienne « sont incontestables », et Adama Barrow « doit être installé le plus vite possible », a déclaré le chef de l’État français à l’issue d’un entretien avec son homologue sénégalais Macky Sall en visite d’État à Paris.

    Réunis à Abuja samedi dans le cadre d’un sommet annuel de la Cedeao, les chefs d’État ouest-africains, qui ont désigné Muhammadu Buhari et John Dramani Mahama comme médiateurs de la crise, ont redemandé à Yahya Jammeh de reconnaître sa défaite et de ne pas compromettre un transfert pacifique du pouvoir à Adama Barrow.

    Ils ont aussi décidé de « garantir la sécurité et la protection » de ce dernier et de se rendre à Banjul pour son investiture le 19 janvier, à l’expiration du mandat de Yahya Jammeh

    Jeune Afrique



    فرصة في فرصة
    سجال فقهي حول تطويل الصلاة وتخفيفها
     

     

    رسالة تسابق الظلم



    إعادة تعيين مفسدين



    الجزاء من جنس العمل / الشريف بغبه



    موريتانيا تتراجع عن التعريب وتعيد للفرنسية سطوتها..

    الشيخ بكاي


    حديث خاص مع السيد أحمد ولد داداه ، زعيم حزب تكتل القوى الديمقراطية المعارض في موريتانيا – التلفزيون العربي



    رسالة إلى المناضل الزايد ولد الخطاط رحمه الله في ذكراه الـ14 / عتيقه بارك الله



    سكان يريدون بناء مسجد 46086214



    نقاش حول كتاب « الأزمة الدستورية في الحضارة الإسلامية » لمؤلفه محمد المختار الشنقيطي

    صحراء ميديا


    بين الحزبيّة والاستقلالية... رهانات الشباب والسّاسة

    عبد الله بيّان


    الدكتور عبد الله محمذ فال يعلن انضمام أكبر مجموعات بلدية تنغدج لحزب الاتحاد من أجل الجمهورية

    عبد الله محمذ فال