Querelle de voisinage : la Mauritanie n’est pas un pays auquel on dicte ses ordres

Le Maroc n’arrive pas encore à avaler la pilule et continue de mener,
par mains interposées, une féroce campagne médiatique de dénigrement
et de mépris, contre la Mauritanie et contre ses dirigeants, depuis
l’annonce des prévisions de grand succès du sommet de la ligue arabe à
Nouakchott, par des observateurs avertis.

Un exploit que le Royaume haï pour plusieurs raisons, dont la première
et ce sursaut béni fait par Nouakchott pour accueillir ce sommet de
l’espoir, après son rejet par Rabat, qui devait l’abriter pour sa
prochaine édition ordinaire.

Tous les coups sont donc tolérés par le Royaume, qui poursuit à
travers sa presse docile ses critiques de la Mauritanie et de ses
dirigeants.

Un acharnement qui n’amoindrit en rien la ferme volonté de Nouakchott
de relever le défi de la réussite éclatante du sommet de l’Espoir,
comme l’augurent les premières impressions sur les préparatifs et la
détermination de la Mauritanie, gouvernants et gouvernés d’œuvrer de
tous leurs efforts pour renforcer leur bonne réputation dans le monde
arabe.

Le Maroc qui continue de traiter la Mauritanie comme par le passé a
compris que notre pays tient à assurer sa pleine souveraineté dans les
secteurs de la vie politique et socioéconomique en toute indépendance
et fierté et loin de la soumission et du suivisme.

C’est dans ce cadre, qu’il faut mettre en exergue les récentes mesures
prises par la Mauritanie envers les travailleurs étrangers sur son
territoire pour être en règle avec la loi. Ainsi Nouakchott qui
subissait les lois des autres sans broncher, a opéré un revirement
honorable en imposant aux étrangers, les mêmes lois auxquels sont
soumis ses expatriés à l’étranger.

La Mauritanie, est-il temps de le savoir, n’a pas de leçon à recevoir
de quiconque, mais, bien à en donner après des années de mépris.
Désormais, acteur politique et économique incontournable de la
sous-région, sa voix vaut de l’or et il sied aux éclairés de mieux
l’intégrer dans leurs politiques afin de mieux optimiser leur résultat
Rien que pour le dossier du Sahara occidental, la Mauritanie n’est-il
pas un pays qui mérite d’être côtoyé, dés lors où, sa neutralité a
montré qu’il est et reste, aux yeux des Nations Unies et du reste du
monde, une pièce maîtresse dans toute évolution louable de cet épineux
conflit vieux d’un demi-siècle.

Pour terminer, le Royaume chérifien et sa presse partisane doit au
moins savoir, que ce n’est pas le Président mauritanien Mohamed Oud
Abdel Aziz qui cherche à charmer le Roi ou encore à bénéficier du
soutien du souverain, mais plutôt l’inverse.

En effet, le gouvernement marocain aux échecs multiples de Abdelilah
Benkirane excelle dans l’instrumentalisation de ses déboires onusiens,
arabes et africains relatifs au Sahara Occidental, pour s’en prendre à
la Mauritanie mais, l’heure est venue pour réaliser que les temps
aient évolué et les pays aussi.

La Mauritanie n’est plus hors du jeu international et régional. Bien
au contraire, elle est devenue sous le Président mauritanien, Mohamed
Ould Abdel Aziz et le leader du parti au pouvoir Me Sidi Mohamed Ould
Maham, une partie de la solution, sans l’avis duquel, toute option ne
serait que précaire, aléatoire voire une velléité vouée à l’échec et
partant au désespoir.

Ahmed Ould Bettar

http://rapideinfo.net/node/14234