Festival des villes antiques : 60 millions collectés pour rien

Festival des villes antiques : 60 millions collectés pour rien

Organisé par le ministère de la Culture en collaboration avec l’UNESCO, le Fonds espagnol pour l’atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), le festival des villes anciennes se poursuit pour son quatrième jour, dans la paisible ville antique Chinguitty.

Au cours de ces quatre journées, les participants à cette importante manifestation culturelle ont suivi plusieurs activités : soirées artistiques, concours de récitation du Coran, jeux traditionnels et conférences sur le rôle des cités anciennes.

Malgré son objectif ambitieux qui s’inscrit dans le cadre de la sauvegarde et de la valorisation du patrimoine matériel et immatériel ancien et le développement des activités économiques et sociales, la manifestation n’a pas suscité l’adhésion des ressortissants de l’Adrar en général et des populations locales en particulier.

La cause ? Les nombreux impairs commis par la commission d’organisation. Il est reproché à cette dernière les nombreuses erreurs protocolaires ainsi que la non implication de certaines personnalités à cette manifestation de dimension nationale voire internationale et où donc l’apport de chacun est important. On pointe du doigt également cette commission pour avoir exigé des hommes d’affaires et des cadres de la wilaya de l’Adrar de mettre la main à la poche en guise de contribution à l’organisation de cette manifestation alors que l’Etat et certains partenaires au développement ont débloqué le montant suffisant.

Par ailleurs, on sait que le président de la République avait à maintes reprises demandé d’en finir avec ces vieilles pratiques d’arnaque des hommes d’affaires et autres cadres. Cette consigne semble être ignoré par la commission d’organisation qui dans leur collecte ont amassé la coquette somme de 60 millions d’ouguiyas. La question qui taraude l’esprit des gens est de savoir où est passé ce pactole ? En tout cas, les ressortissants de l’Adrar sont mécontents de la commission d’organisation du fait que les ratés du festival des villes anciennes dont nous avions révélé certains, ne finissent pas de finir.


source :
leverdique