Mairie de Nouadhibou : A qui profite les retards de salaires

La mairie de Nouadhibou vit une situation depuis 2007 dont les retombés ont fait tâche noire sur le mandat du conseil municipal actuel. Ces problèmes sont le manque de liquidité pour payer les salaires à la fin du mois sans oublier le fonctionnement et l’équipement pour repondre aux attentes du contribuable.

L’Etat a fait semblant de vouloir régler ce problème. Il s’agissait de diminuer les charges de la mairie supposée employant un personnel pléthorique. Sans tarder et sur demande de l’Etat un départ volontaire suivi d’une compression ont vu le jour. Les contrats avec des prestataires furent supprimés si non révisés à la baisse. Les avantages et primes accordés à certaines catégories du personnel de même supprimés.

Une commission ministérielle a été désignée et des accords sommant l’Etat de verser trimestriellement des montants à la commune furent signés. Je veux revenir un peu sur les raisons de cet accord. Depuis 2007, l’Etat ne verse plus à la commune les taxes représentant les prélèvements effectués sur les bateaux de l’Union Européenne et la SNIM. Ces taxes bien spécifiées dans le budget annuel de la Commune et approuvées par la tutelle c’est-à-dire le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation ainsi que le Ministère des Finances n’ont jamais été sujet d’une quelconque contestation de la tutelle.

Des missions de contrôle se sont succédées, des réunions à Nouakchott tout une panoplie fut organisée sans résultat qui met en exergue une mauvaise gestion ou un détournement.

La Mairie n’arrive pas à ce jour à avoir une situation exacte en ce qui concerne le foncier et la patente. Les situations qu’on lui présente sont très loin de la réalité. La tutelle se contente de répondre que la mairie a suffisamment de moyens pour régler ses problèmes. Cette guerre de compétence n’a rien résolu. Le trésorier est plus attentif à sa tutelle qu’au maire dont il est le receveur, le conseiller financier et tout le reste.

  • Morale de la fable :

L’Etat n’a pas respecté ses engagements car les retards de salaires continuent. Le blocage de la mairie continue de façon alarmante.

L’autre revers de médaille c’est l’Etat qui donne avec une main ce qu’il a pris avec l’autre main : les compressés ont été reçus par le Premier Ministre qui leur a donné des terrains à Nouadhibou avec une promesse de les engager dans la nouvelle Société des Transports publics.

Voilà pourquoi, je me demande qui a profite les retards de salaires des employés de la Commune.

De prime abord, les employés chargés de la collecte des ordures ménagères et qui sont pour la plupart des journaliers pourront-ils supporter les retards de leur salaire alors qu’il se monte à un peu plus de 3 000 000 UM par mois ?

  • Alors ! Quoi ?

On réclame une régularité dans le payement de nos salaires et eviter le retard qui commence à nous faire monter les nerfs.